Guide de pêche au bar, au départ d'Arradon.

<< Consulter nos anciennes actualités >>

GUIDE DE COURTOISIE À L’USAGE DES DIFFÉRENTS MODES DE NAVIGATION

Préambule :

Mieux se connaître et comprendre les problèmes des autres est déjà un début et peut permettre d’éviter les agressions entre pêcheurs ou entre modes de navigation. L’expérience vient aussi de mes propres erreurs.

Je m’oppose d’ailleurs à toute organisation ou association qui prêche contre un mode de navigation différent du sien. La chance d’avoir du temps, de l’argent, un domicile près du Golfe de donne pas le droit de priver ceux qui ont peu de temps et peu de moyen, d’un mode de navigation adapté à leur vacances.

Autre aspect, il n’est pas mauvais de se remettre de temps en temps en mémoire les règles de navigation. Je mettrai en ligne rapidement une synthèse que j’avais réalisée lors de mes études pour le brevet de capitaine 200, mais le mieux c’est d’avoir en sa possession les livres officiels édités sur les sujet.

Mais il est bon de se rappeler qu’en mer il n’y a pas de « priorité » mais des « privilèges », c’est à dire que vous avez obligation d’éviter l’accident même si le navire aurait du vous laisser le passage : dans la mesure où, étant privilégié, vous avez constaté le risque de collision, vous devez rapidement et clairement changer de cap. En revanche si les deux navire ses sont vus, le navire non privilégié doit changer de cap dans les mêmes conditions et celui privilégié garder son cap et son allure pour éviter d’induire en erreur l’autre navire..

Soyez respectueux des guides : c’est un métier difficiles, saisonnier, avec des horaires incroyables et une pression sur le résultat qui se rajoute au devoir de formation et d’ambiance. Un poste gâché c’est une sortie parfois ratée et un souvenir inoubliable pour le pêcheur perdu…

Dernier point, si vous avez un vieux 2 temps, passez dans la mesure du possible au 4 temps plus discret et plus économique. Ce moteur est un non sens en pêche et en balade : le golfe est une mer fermée et fait caisse de résonance. C’est le problème que posent les jet-skis qui sont génétiquement faits pour aller vite.

Bateau de pêcheur plaisancier à l’arrêt ou en dérive avec le vent ou le courant près des bordures ou sur les parcs

Ce pêcheur pêche le bar au lancer dans un rayon de 70 mètres autour de de son bateau, mais il vise particulièrement les bordures.
Or les mesures très précises montrent que plus un bar est gros plus il a peur dans peu d’eau et qu’il s’éloigne à bonne vitesse (autour de 5km/H) de tout moteur dans un rayon de 100 mètres et parfois plus. Les plus petits, mais moins intéressants, seront moins farouches.
Si vous êtes un autre bateau à moteur ou kayak, ne passez pas entre lui et la côte, mais plus au large : un kayak à la même trace qu’un grand prédateur comme le dauphin et parfois le bar en a plus peur que d’un navire à moteur auquel il est habitué.
Ne passez à l’endroit où il va se trouver dans peu de temps compte tenu de sa dérive, mais entre l’origine du vent et lui.
S’il est ancré sur un poste, gardez une distance de 100 mètres au moins. Sinon vous tuez son poste au moins pour les beaux poissons. Et si vous êtes pêcheur vous-même, vous auriez du approcher moteur coupé en dérive avec le vent (ou avoir un moteur électrique comme moi)
Ancrez-vous le plus discrètement possible et surtout évitez les prairies de zostères, ces algues plates qui sont au golfe ce que sont les posidonnies à la Méditerranée.
Je précise aux organisateurs de sorties en kayak que passer près de mon bateau quand je pêche avec des pêcheurs clients c’est parfois une matinée de foutue. Souvent on met un temps fou a approcher une zone et le passage à un ou deux mètres de moi n’est pas plus acceptable que si je passais à fond à la même distance de vous. J’ai aussi le droit en tant que marin professionnel de gagner ma vie et de faire mon métier paisiblement.

Bateau de pêcheur plaisancier en dérive

Essentiellement ce pêcheur pêche le bar sur des fonds de roches de 7 à 15 mètres ou la dorade sur des fonds de sable ou vases allant jusqu’à 30 mètres dans le Golfe du Morbihan. Il doit respecter les heures autorisées dans les passes règlementées.
Dans ces conditions le bar est moins farouche et la dorade grise assez peu. Pour autant quelques principes de courtoisie sont nécessaires :
Si vous êtes vous même pêcheur en dérive :
Ne commencez pas votre dérive en aval de lui, vous lui volez sa dérive.
Ne vous mettez pas juste en amont de lui dans la même ligne de dérive. Si il a accroché (ce qui est courant), il devra remonter le courant pour décrocher et vous l’en empêcherez et accrocherez vos lignes avec les siennes.
Ne remontez pas une dérive à l’endroit où elle est pêchée, mais contournez là largement.
Evitez de passer trop près, une vague peu surprendre.
Ne pêchez pas dans les courants avec un bateau inadapté pour la pêche en dérive (sous motorisé (<25cv) ou instable)
Faites absolument porter les gilets.

Ostréiculteurs

C’est un métier très difficile, très physique et, quand ils ont fini le travail de terrain, le commerce et l’administratif ne font que commencer… Respectons leur outil de travail :
Ne pêcher au dessus des tables qu’avec une bonne hauteur d’eau au dessus des tables (fin de marée montante et début du descendant)
Naviguez tout doucement et équipez-vous comme moi d’un moteur électrique sur embase qui évite tout risque de dégât.
Dans la mesure du possible restez à la périphérie,

Ne pas pêcher sur le zones d’élevage d’huitres de pleine baie (piquets resserrés)

Ne pêcher qu’au leurre de surface ou leurre souple non plombé
Serrez le frein et mettez un bas de ligne de 35 centièmes pour pouvoir brider tout poisson et éviter de le perdre sous les tables : les hameçons sont dangereux pour eux.
Ne faites pas de vague lorsque vous passez à marée basse à proximité d’un parc où travaillent des ostréiculteurs.
Kayaks :

Faire du Kayak pour la balade, c’est rechercher le calme et un contact étroit avec la nature.
Ne coupez pas leur route
Gardez une distance la plus grande possible
passez à côté d’eux le plus lentement possible pour éviter les vagues à risques
Voiliers :

Un voilier en route est privilégié sur un bateau à moteur. Cela dit un voilier doit s’il est courtois éviter un bateau de pêche en panne ou en dérive puisqu’il est non manoeuvrant. Un voilier a une capacité de manoeuvre assez restreinte compte tenu de son mode de propulsion. Suivant la direction du vent et sa force il peut ou pas manoeuvrer face à certaines circonstances.
Les passagers d’un voiliers recherchent aussi le calme et le silence. alors :
Ne gênez pas leurs manoeuvre
Ne gênez pas une régate et essayez de ne pas être trop nombreux dans le courant à bloquer le passage pendant celle-ci, même si les horaires sont autorisés
Evitez de passer à proximité
Un voilier à l’ancre ou au corps-mort peut être habité; ne faites pas trop de bruit à proximité.

Navires à passagers :

Les navires à passagers sont une nécessité économique et contribuent au développement du tourisme dans notre région.
Malheureusement, ces navires ne sont pas, dans leur totalité ou presque, adaptés aux exigences de la biologie du Golfe du Morbihan. Les excès de vitesse augmentent les dégâts sur les bordures de goémon et sur les prairies zostères.
La vitesse ajoutée aux nombre des navires créent des zones de vagues scélérates dans les courants. C’est extrêmement dangereux. De même au calme dans une baie, vous pouvez être surpris par une vague de navire à passagers et voir vos passagers passer par-dessus bord. Il m’arrive assez souvent qu’une vague submerge le bateau et nous embarquons 100 ou 200 litres d’eau obligeant à deux heures de nettoyage de tout le matériel souillé par l’eau de mer…
La possibilité de rachat à bon prix de bateaux d’occasion permet d’éviter des investissements élevés qui viennent compenser les surcoûts en carburant… Le développement n’est pas construit sur les exigences du futur et une aide européenne devrait permettre le changement et l’adaptation des navires.
Il est sans doute dommage que les corps-morts ponctuels déposés pour la semaine du Golfe en face de l’île aux Moines et Irus soient maintenant devenues permanents et laissés en pleine baie dans le passage.
Au demeurant, les autres navires et particulièrement les pêcheurs doivent comprendre les contraintes des ces navires et la responsabilité qui est la leur en transportant un très grand nombre de passagers :
Ces navires ont une capacité de manoeuvre restreinte, une erre assez grande et une manoeuvrabilité limitée. Il faut donc, dans la mesure du possible, leur laisser le passage et dégager devant eux.
Il faut aussi dégager assez tôt pour éviter tout doute sur la direction prise.

Pêcheurs du bord

Moi le premier, je ne regarde pas en détail la côte et je m’aperçois un peu tard que des pêcheurs sont installés au bord. Leurs faibles possibilités doivent nous inciter à respecter l’endroit où ils pêchent. En revanche, ce n’est pas pour cela qu’on doit nous interdire de pêcher en dérive parce qu’il y a un ou deux pêcheurs à la pointe d’Arradon : En effet, la gêne est neutre puisqu’on en prend sous le bateau : les poissons sont au fond. Il faut cependant éviter de remonter une dérive de leur côté…

Plongeurs

Quelle magnifique activité que la plongée qui permet de découvrir un autre univers. Les navires de plongées portent des pavillons qui permettent de les identifier. Des zones leur sont réservées comme la pointe sud de l’île Longue. Les navires croisent à proximité doivent respecter une distance de 100 mètres ou celle inscrite sur les cartes afin de ne pas prendre de risque vis à vis de plongeurs en remontée. Pour autant, un pêcheur ou promeneur à moteur ou à voile installé sur une zone non réservée n’a pas à dégager parce ce que un bateau de plongée vient sur sa zone. C’est au navire de s’ancrer la distance voulue. Pendant les grandes marées particulièrement, il semble que des plongeurs puissent dériver loin de leur bateau-base et de leur zone protégée. Cela n’autorise pas les responsables à s’en prendre aux navires situées au delà de la limite minimum. C’est à eux de prendre les mesures de sécurité préventives.

Bateau de pêche professionnel :

Il n’existe pas de métier plus épuisant et aléatoire à notre époque. Il est nécessaire de respecter leur zone de travail et leur trajet.



<< Consulter nos anciennes actualités >>